EP. 172 – SO PRESS : Survivre à la fin de la presse papier et générer 20M€ de CA en 2021

EP.172 - SO PRESS : Survivre à la fin de la presse papier et générer 20M€ de CA en 2021

Au menu

🍉 Perdre 5M€ de CA potentiel en 1 journée et se relever

🍉 Lancer et financer un magazine from scratch, 100% à l’instinct

🍉 2 conseils pour recruter quand on est une PME auto-financée

Avant propos

Cette semaine dans GrowthMakers : Franck Annese, « Boss & Owner » de SO PRESS, une société d’édition de presse libre et indépendante fondée en 2003.

SO PRESS c’est le développement de 2 activités en parallèle : 

  • Une partie média et presse d’un côté, avec une douzaine de magazines et plusieurs sites internet (So foot, Society, Pedale, Tsungi, …)
  • Une partie production de l’autre côté depuis 2005 (films publicitaires, documentaires et fiction)

En quelques chiffres, SO PRESS c’est : 

  • 130 employés
  • 20M€ de CA
  • 700.000 lecteurs

Se retrouver dans l'épisode

5:42 : Comment lancer un magazine from scratch et le distribuer 

12:58 : Le modèle d’affaires d’une société de presse

20:56 : 2 conseils pour recruter dans une PME auto financée

30:09 : Perdre 5M€ de CA potentiel en une journée suite au covid

Rapid Fire Questions

Quels sont les 2 livres qui t’ont le plus influencé ?

  • Le diable tout le temps
  • Dans la diagonale

Quels sont les 2 artistes qui t’ont le plus influencé ?

  • Sparklehorse, l’album Vivadixisubmarinetransmissionplot
  • Elliot Smith, l’album Either/Or

Si tu avais un conseil à donner à la nouvelle génération d’entrepreneurs, ça serait quoi ?

Fais ce que t’as envie de faire, pas ce que t’es obligé de faire.

Si tu montes une boite c’est pour faire des trucs que t’as envie de faire, sinon bosse pour quelqu’un d’autre.

C’est quoi ta pire nuit blanche chez SO PRESS ?

Il n’y a pas de pire nuit blanche, j’adore les nuits blanches et on en fait beaucoup.

C’est quoi SO PRESS dans 10 ans ?

C’est une boite qui racontera toujours des histoires. On verra sous quelle forme on racontera les histoires : est-ce qu’on fera des films plutôt que des magazines papier pour les raconter, j’en sais rien. Mais on racontera toujours des histoires, c’est sûr.

La vision des médias et de la presse en 2021 par Franck Annese

La presse c’est un média de niche, c’est un média d’influence et c’est un média qui n’est pas destiné à informer le public dans sa grande globalité. Tout simplement, parce que pour l’acquérir il faut des points de vente, qui sont en centre ville des grandes villes ou moyennes, du coup ça limite beaucoup l’impact de la presse auprès d’un très large public.

En revanche, c’est un média où les journalistes sont payés, c’est un des rares médias aussi aujourd’hui où on a de l’information qui est sortie. Beaucoup plus que d’ailleurs sur beaucoup de médias digitaux. Les journalistes de presse écrite aujourd’hui sont très bien formés et plutôt très bons. Et surtout encore assez nombreux, et plutôt rémunérés. Du coup, ça permet d’aller chercher de l’information et donc de pouvoir la retranscrire. Et après cette information est reprise et amplifiée par des médias grands publics.

J’estime que notre rôle va être de mettre en avant des gens, des sujets ou quoi que ce soit, qui vont être relayés et repris par des médias grands publics (digitaux, télé, radio) qui auront des caisses de résonance plus fortes.

Aujourd’hui le média presse se doit d’être irréprochable en termes de qualité d’information et de rigueur journalistique. Je trouve que malheureusement l’information n’est pas toujours au niveau où elle devrait être. Les caisses de résonance derrière devraient avoir l’exigence aussi de retranscrire les choses de manière la plus fidèle et honnête possible, et ce n’est pas toujours le cas. 

Du coup, il y a une défiance qui naît au niveau du journalisme qui pourrait être évitée, ce qui fait qu’aujourd’hui on s’informe mal.

Je pense que les médias traditionnels doivent être très pointus et très appliqués à diffuser une information fiable d’une part. Et d’autre part, il y a l’éducation : il faut éduquer les gens, les enfants et les plus jeunes à s’informer correctement et à ne pas prendre pour argent comptant ce qu’ils voient sur Tiktok, Instagram ou Facebook parce que ça peut avoir l’apparence de la vérité mais ça ne l’est pas.

Les réseaux sociaux ont aussi une responsabilité. Il faut mettre des limites et faire en sorte que tout le monde ne puisse pas raconter n’importe quoi, n’importe où.

Il faut essayer d’informer les gens le mieux possible. Je pense que si on apprend aux gens, très jeunes, comment reconnaître une information fiable ou pas, ça évitera qu’ils tombent dans le panneau plus tard.

Puisque vous êtes là...

… on en profite pour vous demander une petite faveur. Vous êtes de plus en plus nombreux à écouter GrowthMakers et nous en sommes fiers. Mais produire ce contenu demande énormément de temps et d’énergie.

Si vous voulez remercier l’équipe ou nous soutenir, il suffit d’aller sur la page rating d’Apple Podcast et de laisser une note, ça prend 30 secondes.

> Donner une note au podcast

Accélère ta carrière en 1 email par semaine avec Insider