EP.1 – Jonathan Pepin : Uber, la growth dans l’ADN

 

Jonathan Pépin - Growt Uber

Partagez cet épisode avec votre équipe

Ce qu’on apprend dans l’épisode

🍉 Comment Jonathan a automatisé l’onboarding de chauffeurs VTC afin de pouvoir en onboarder dans 50+ pays
🍉 Comment ce qui s’avère être le plus gros succès d’Uber a mis 6 ans à être découvert (Travis Kalanick ayant toujours été contre)
🍉 Pourquoi Uber a revendu sa filiale en Chine
🍉 Les plus beaux succès d’Uber et leurs plus gros échecs
 

[Erratum]

Il y a deux coquilles dans l’épisode, je vous laisse les trouver 😉 Sinon rendez-vous en bas de page.

De la comptabilité à la Growth

« Depuis tout gamin j’ai toujours été un peu geek »

Très jeune Jauny a déjà un côté geek, son père lui achète Microsoft Frontpage alors qu’il n’a que 11 ans. Malgré cela, il suit le chemin « normal » : Lycée puis école de commerce. Après ces études, il rejoint une startup canadienne dans le rôle de comptable, bien loin de la growth.

Il y fréquente alors des développeurs pour la « première fois » et comprend qu’il a une passion pour le code. Il commence sur Codecademy, avant de rejoindre un Dev Bootcamp début 2012. Il y rencontre Justin Kan, fondateur de Justin.tv (aujourd’hui Twitch.tv), pour qui il rêve de bosser. Malheureusement, la porte lui reste fermée.

Dès lors, son objectif est clair : rejoindre une grosse entreprise telle Facebook ou Airbnb. Presque désintéressé, il candidate chez Uber. Il ressort deux heures après, annule tous ses autres entretiens de la semaine et rejoint Uber.

La création de la Growth team d’Uber

« Quand j’ai rejoint Uber, un chauffeur devait aller à un bureau local pour s’enregistrer, et là, un opérationnel ajoutait ses données à un fichier excel »

Peu de temps avant son arrivée, Uber levait 200M de dollars auprès de Google Ventures et débauchait Ed Baker (ex Facebook) afin de monter la growth team.

Le premier projet de Jonathan est le « Driver Onboarding » afin de répondre à la problématique : comment onboarder des drivers avec le moins d’opération humaines possible ? Il commence ce projet avec une équipe de 10 personnes.

Aujourd’hui, le « Driver Onboarding » est un département complet, avec une équipe dédiée à chaque étape de l’onboarding.

En s’internationalisant, Uber se frotte aux spécificités culturelles et juridiques de chaque pays. Jonathan lance alors l’équipe « International growth », pour aider les équipes locales et résoudre leurs problèmes en gardant toujours une vision de long terme.

L’équipe « International growth » est aujourd’hui un département complet.

Succès, échecs et apprentissages

« Toujours réduire la taille du projet, c’est pas un MVP qu’il faut, c’est un MMMMVP »

Tous les projets n’ont pas été d’aussi belles réussites. C’est le cas du projet « Uber expert » : enseigner aux nouveaux chauffeurs le métier et les petits détails par des chauffeurs expérimentés. Six mois de travail d’une équipe complète supprimé du jour au lendemain.

L’apprentissage : toujours réduire au minimum les projets, en ne gardant que l’essence de l’idée : un « minimum minimum viable product ».

Se retrouver dans l’épisode :

  • 00:35 De l’école de commerce à Uber
  • 17:00 Les projets les plus sucessfuls
  • 24:30 Un jour dans la vie de la Growth team
  • 26:30 Apprendre par l’échec
  • 36:00 Son meilleur conseil
  • 51:00 Le plus gros succès d’Uber

Liens et ressources :

Tu as aimé l’épisode ? Laisse un avis sur Apple Podcast ☺️ :apple podcast

 [Erratum]

  1. Jonathan est chez Uber depuis 3,5 ans et non 6. Il m’avait déjà reprit lors de l’interview, mais apparement mon cerveau en a décidé autrement !
  2. Lorsque Jauny parle de Vehicle Solution, il mentionne des millions de véhicules leasées alors qu’en réalité, ce sont des milliers 🚗

© 2018 Growth Makers